Couvrant une superficie de 30 000 km2, ce parc national se trouve dans les territoires du Nord-Ouest au Canada, à environ 600 km à l’ouest de Yellowknife.

Cet endroit renferme de remarquables éléments dont des rivières, des canyons, des gorges et de la toundra alpine typiques des régions sauvages boréales. La pièce maîtresse du parc est la rivière Nahanni, l’une des rivières sauvages les plus spectaculaires d’Amérique du Nord, avec de profonds canyons, des chutes imposantes, un relief karstique, des systèmes de grottes (on y trouve des grottes karstiques) et des sources chaudes.

Le parc offre des exemples de presque toutes les catégories connues de fleuves ou de cours d’eau, ainsi que les chutes Virginia qui figurent parmi les plus grandes cascades d’Amérique du Nord.

Les sources chaudes sulfureuses du parc, la toundra, les chaînes de montagnes et les forêts de sapins et de trembles servent de milieu naturel pour de nombreuses espèces d’oiseaux, poissons et mammifères.

Un bureau d’information situé à Fort Simpson propose des informations historiques, culturelles et géographiques sur le parc, inscrit en premier au patrimoine mondial par l’UNESCO en 1978 et agrandi en 2009.

La seule manière pratique d’y accéder est par hydravion ou hélicoptère. Venir à pieds n’est pas impossible mais particulièrement long (cela pourrait prendre des semaines). Le parc accueille environ 3500 visiteurs par an.

Ce parc possède par ailleurs une histoire géologique assez intéressante, comme beaucoup d’autres régions du pays.

Par la multiplicité de ses formes et la complexité de son évolution, sa géomorphologie unique. L’injection de roche ignée issue de l’activité tectonique a créé des pics granitiques spectaculaires.

Les plus vieilles roches de Nahanni se sont déposées par un intense processus d’érosion qui s’est produit durant le Paléozoïque (entre 500 et 200 millions d’années). Ces dépôts peuvent atteindre jusqu’à 6 000 m d’épaisseur.

À partir de la fin du Paléozoïque, ces sédiments furent soulevés par une orogenèse (terme scientifique désignant l’ensemble des mécanismes de formation des montagnes) qui créa les monts Mackenzie.

Plusieurs glaciations notamment celles du Quaternaire ont sculpté le paysage du parc.

Tags: , , ,

Leave a Reply

Google+